Vol.08--No.2019
CyberGuerrilla 2018
Monday,Aug 26,2019 
By Anonymous | August 16, 2018 - 14:35 | Posted in CyberGuerrilla | Comments Off on Earthquake Bali

Ce que les expatriés ont vécu :

Hello
Oui ça va clairement on est pas passé loin de la mort. On s’en sort avec une entorse pour moi et Erwann tibia qui lui fait mal et aussi la tête il a reçu des tuiles sur la tête même si on ne sait pas trop. Nous étions à notre étage et nous avons dévalé les escaliers comme on pouvait alors qu’ils se dérobaient sous nos pieds : ils sautaient de gauche à droite de bas en haut d’avant en arrière… un bruit que je ne pourrai décrire mais que nous n’oublierons jamais nous nous sommes réfugié au milieu du jardin et la piscine à projeté une vague qui m’a foutu par terre. Tout est détruit ou si ça tient encore ça sera détruit avec d’autres répliques.
On est passé en mode survie on a pas mal on se met à l’abri on prend de l’eau à manger. Alerte tsunami mais blackout le réseau marchait mais mal on ne savait pas à quoi s’attendre. On se réfugie sur un toit sachant qu’il pouvait s’écrouler mais on avait pas mieux fallait tenter. Au bout de 2 heures on redescend et on attend nos clients n’étaient pas là. Et des secousses toutes les minutes et qq grosses répliques… et ce bruit a chaque fois.. On décide de fermer l’hôtel et de partir avec une couverture pour se mettre dans un champ impossible de dormir mais moins peur… rien ne pouvait plus nous tomber sur la tête.
Le jour se lève on retourne à l’hôtel les clients reviennent et partent tt le monde est choqué. On voit vraiment les dégâts. Erwann remonte chercher quelques affaires chez nous passeport… On allume notre générateur pour recharger nos téléphones le wifi est mort. On a plus d’eau les canalisations qui ont au tank sont coupés net. Le water traitement est chez le voisin.
Je vais dans la rue et je vois nos voisins indonésiens partir ils me disent de fuir. On fait nos sacs en vitesse et on part mais c’est le chaos au port ils abondent les bateaux.. On se dit non on reste on est pas morts hier soir ce n’est pas pour finir noyés aujourd’hui. Et surtout on se dit qu’on ne sait pas ce qui va se passer une fois de l’autre côté les touristes arrivent en masse de toutes les îles il y aurait des camps. On parle avec 2 québécois ils veulent rester aussi. On établit un vrai campement ds le champ. Des chevaux y ont élu domicile mais tant pis. On prend tout, matelas, plus de couvertures et check les arbres solides il faut monter en hauteur.
A l’hôtel on mange un peu on avait oublié de manger depuis la veille au soir. Erwann et Marc essaye de réparer les tuyaux pour l’eau mais impossible. Tant pis on a l’eau de la piscine on met plein de chlore pour qu’elle ne tourne pas. C’est l’eau pour nous douché. Ici l’eau n’est de toute façon pas potable.
On fait le tour de notre quartier, Parida , notre vielle mama chez qui nous allons manger tous les jours va bien et toute sa famille aussi, elle me dit qu’ elle veut pas partir et qu’ils ont de quoi survivre je suis soulagée et elle a toujours son sourire c’est incroyable. Les secousses sont tjs la mais que des petites. On essaye de donner des nouvelles mais c’est compliqué on se fait du soucis pour nos 2 staff Edwin et Rudi, pour Melani qui nous fait la laundry de l’hôtel pour nyoman qui nous a bcp aidé pour notre démarrage dans l’île.. Ils ont ts essaye de nous contacte mais on arrive pas à leur répondre. Il n y a que messenger qui marche mais tt le monde ne l’a pas. Whatapp ne fonctionne pas.
Et le soir on va au champ. On fait un feu pour qu’ils nous voient et 10 min après violent séisme a nouveau (On pense que c’est un 5 ou 6 mais pas plus.. on commence à reconnaître les forces)… merde tsunami pas tsunami et où est l’épicentre ?on a quasi pas de réseau et j’arrive à joindre ma belle soeur qui me dit que l’épicentre est chez nous 5.4 ok pas de tsunami. Et on guette les chevaux c’est eux qui nous alertent … À chaque secousses ils s’agitent 10min avant, c’est fou.
La nuit est longue une nouvelle fois avec les répliques et les secousses…quand est ce que ça va s’arrêter
Le matin un meeting est organisé par un local pour les personnes qui restent on doit être environ 200.il dit que désormais c’est le choix de chacun mais que rester sur l’île avec le risque tsunami est dangereux (île plate rien en hauteur vraiment)
On décide de partir d’abord parce qu’il commence à y avoir des pillages et que oui le potentiel tsunami nous fait peur. On trouve un bateau. On arrive à bangsal et là il y a l’armée la police.. et même le ministre et des journalistes. Une vaste mascarade ils nous disent qu’ il y a un fast boat pour bali nous inscrivent sur une liste.. Ce sera gratuit. Je dis a erwann ouais bon à mon avis on va payer mais on s’en fout. On ne demande si on est content du gouvernent indonésien ben oui trop bien bravo… 10 min après que les huiles et journalistes parties.. plus de bateau. Foutage de gueule..aller c est pas grave…
On appelle un taxi évidement les prix ont flambé mais c pas grave on est 4 toujours avec nos québécois on ne sait pas trop où aller. Moi je refuse d’aller à l’aéroport il est proche de l’épicentre du premier
Je refuse d’aller à l’aéroport il est proche de l’épicentre du premier séisme et s il est fragilisé on est cuit au prochain. On décide d’aller vers le sud sachant que c aussi la route pour aller au ferry. On veut s’arrêter à sengigi chez des amis mais sur la route nous découvrons le chaos. Ils disent 200 morts bullshit encore… des mosquées sont littéralement a terre (C’était l’heure de la prière lors du gros séisme on va me faire croire qu’ il n’y avait personne dedans) les maisons écroulés des camps de fortunes partout… À sengigi tt est fermé moins de dégât mais c le blackout partout. On décide de tracer jusqu’à lambar le port des ferry. On arrive peu de monde on monte dans le ferry .. un ferry rempli de zombies nous avons tous ce regard vide. On commence à se détendre et la ma cheville enfle mal aux genoux… ah oui c’est vrai que je suis tombée dans l’escalier. L’adrénaline nous a tenus. Erwann a mal au tibia et au crane. Mais nous sommes en vie.

(Visited 356 times, 1 visits today)


  • You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed.
  • Both comments and pings are currently closed.

Whoever you are, we are ungovernable! Whoever lays his hand on us to govern us, is a usurper and tyrant, and we declare you our enemy.